A PROPOS

 

Mi-collectif, mi-plateforme, Aspëkt est dédié aux langages photographiques, plastiques, audiovisuels et sonores. Aspëkt questionne leurs pratiques, formes et diffusions autour d’une série d’événements et de projets : expositions, performances, projections, collages urbains, workshops, débats, publications…

Joseph Kosuth, Titled (Art as Idea as Idea) The Word ‘Language’, 1967 [Leo Castelli Gallery, New York, NY. © 2020 Joseph Kosuth / Artists Rights Society (ARS), New York]

 

Dans nos valeurs communes, chacun, en toute liberté, travaille son propre medium dans ce qu’il a comme capacité à porter des récits réels ou imaginaires, poétiques ou politiques. Chacun étant narrateur de sa propre histoire et/ou de celle des autres, selon sa sensibilité et son regard. La mise en commun ensuite des travaux est notre manière empirique de dire le monde de manière collective.

Même si Aspëkt fonctionne comme tout collectif constitué par un groupe de personnes se réunissant pour réfléchir et développer des projets ensemble, nous sommes attentifs à ne pas être autocentrés. Ainsi, il nous tient à cœur d’inviter des artistes et créatifs extérieurs à nous rejoindre dans nos projets. Nous défendons en effet les langages artistiques comme vecteurs d’inclusion et d’échanges.

Basé à Namur (BE) depuis 2010.


IG https://www.instagram.com/aspektnamur
FB https://www.facebook.com/AspektNamur

FENËTRE #6, LE DELTA

fenëtre, une série de micro-expositions indépendantes, éphémères et itinérantes qui prennent place derrière les vitres de lieux complices.

LE DELTA
DU 21 AOÛT AU 6 SEPTEMBRE 2020
7J/7, 24H/24

Tout au long de l’été, le rez-de-chaus­sée du Delta accueille quatre projets artistiques proposés respectivement par l’École des Métiers et des Arts de la Province (EMAP), l’atelier de sculpture de l’Académie des Beaux-Arts de Namur, Marie Langlois & Olivier Calicis (h.O&M.e éditions) et enfin Aspëkt.

Et comme toujours, nous avons des artistes invités !
Cette fois, nous avions très très envie de donner la main à la photographe et curatrice Pauline Caplet qui vient d’ouvrir son propre lieu dédié à l’image à Bruxelles : L’Enfant Sauvage. Elle a choisi 2 photographes :

Robin Nissen
👉 https://robinnissenphotographe.myportfolio.com
👉 https://www.instagram.com/Robin__Nissen

Avec des photographies extraites de la série « Chrysalide ».
_____

Robin Nissen (Liège, né en 1996) vient d’achever son cursus à l’ESA Saint-Luc Liège. Il pratique une photographie documentaire argentique, considérant son acte tel « un moyen d’extériorisation et de relâchement au quotidien ».
_____

« Chrysalide », une série très intime qui traitent de l’acceptation du corps, de soi, du repli et qui évoque une partie douloureuse dans la vie du jeune artiste.

«C’était un matin d’un mois dont le nom est à présent oublié. Dans la cour de l’école, je discutais avec mes amis et puis soudain en me retournant, j’ai croisé le regard d’un garçon. En une fraction de seconde, ce regard a changé ma vie. Pendant des années, je me suis renfermé sur moi-même. J’avais de peur d’en parler, d’être peut-être jugé. J’avais peur d’être tombé amoureux de ce garçon. Oui, j’ai eu peur. Je sais, c’est con. Nous ne sous sommes jamais revus, enfin une ou deux fois peut-être. Depuis ce jour, son visage est resté gravé dans ma mémoire, tel l’insigne avec lequel on marque les chevaux au fer rouge.»

 

Christopher de Béthune
👉 https://www.christopherdebethune.com
👉 https://www.instagram.com/christopherdebethune

Avec des photographies extraites de la série « Orion ».
_____

Christopher de Béthune est un photographe Belge (Schaerbeek / Bruxelles) dont les images et les paysages en noir et blanc sont empreints de tristesse, de confort et de nostalgie.

D’un romantisme noir, son travail est décrit comme à la fois impulsif et prudent, avec des notes de mélancolie et de solitude qui invite au voyage et à l’abandon.

La culture du cinéma japonais à une très grande influence sur le travail du photographe.

_____

Orion est un souvenir d’une relation fantôme, une expérience personnelle de la lumière et de l’ombre, du noir, du blanc et d’innombrables zones grises.

Les sujets et les mots de l’auteur sont perdus dans la notion du temps, de la passion dévorante, de la douleur et de l’inspiration que l’on peut tirer de tout ces états. Un souvenir dont la ceinture d’Orion en est la froide gardienne.

 

FENËTRE #6
QUAND Vendredi 21 août au dimanche 6 septembre 2020
OULe Delta, Avenue Fernand Golenvaux 18 – 5000 Namur
ACCESSIBLE7j/7, 24h/24
INFOSaspektnamur@gmail.com ou Messenger > m.me/AspektNamur

Une proposition d’Aspëkt, à l’invitation du Service de la Culture de la Province de Namur / Le Delta, en collaboration avec l’espace photographique L’Enfant Sauvage à Bruxelles.

logoLeDeltaEnfantSauvage

L’événement sur Facebook :

FB_icon

 

Retour en images sur nos précédentes « fenëtre » > juste là.

 

LIBRES CONTOURS, ASPECTS DU TERRITOIRE

Clyde Lepage. Extrait de la série “Perspectives tracées” (2018)

A l’invitation d’Emmanuel d’Autreppe (Biennale de photographie du Condroz, Editions Yellow Now, Saint-Luc Liège…) notre collectif prendra part à l’exposition collective :

« Libres contours, aspects du territoire »
Aux Abattoirs de Bomel / Centre culturel de Namur
Du 24 septembre au 18 octobre 2020
Vernissage le mercredi 23 septembre, 19h

Territoire de provenance ou d’appartenance. De partance, de transit ou de transhumance. Intime, imaginaire ou symbolique. Politique ou artistique.  La notion de territoire, un vaste champ de réflexions, souvent poreux…

7 photographes, 1 collectif et 1 artiste en résidence de recherche et création vont partager avec vous leurs différentes visions du territoire avec un dénominateur commun, vous amener de la matière à penser ou simplement à regarder…

Avec :
Nicolas Bomal
Xavier Istasse
Elodie Ledure
Clyde Lepage
Robin Nissen
Mélanie Patris
Florian Tourneux
Le collectif Aspekt

Commissariat :
Emmanuel d’Autreppe

INFOS PRATIQUES

QUAND Du jeudi 24 septembre au dimanche 18 octobre 2020
VERNISSAGE Le mercredi 23 septembre 2020 à 19h
ACCESSIBLE Du mardi au dimanche, de 14h à 18h (Fermé le lundi)
Abattoirs de Bomel / Centre culturel de Namur
PUBLIC Tout public
ACCES Vous venez en train ? Prenez la sortie « Boulevard du Nord », les Abattoirs de Bomel sont à 5 minutes à pied.
Vous venez en voiture ? Parking SNCB P2, Boulevard du Nord, ensuite 5 min à pied.
PUBLIC Tout public
TARIF Gratuit
INFO info@centrecultureldenamur.be / +32 81 25 04 03
ou via Messenger > m.me/CentreCulturelNamur
> http://centrecultureldenamur.be/expo-libres-contours/

L’événement sur Facebook :

FB_icon

MÜRMÜR

Outre l’organisation d’événements simplement baptisés par le nom de notre collectif Aspëkt (et numérotés #1 #… etc), nous avons lancé en 2016 à Namur, le projet « mürmür » avec une idée qui tient en une phrase:

« une ville, ses murs, potentiellement la plus grande galerie au monde ! »


Concrètement : nous imprimons nos images que nous collons ensuite à même la rue, à l’épreuve du temps qui passe et de celui qu’il fait, et surtout à l’épreuve de votre regard.


A travers le projet « mürmür », nous choisissons une manière artistique d’occuper l’espace public de plus en plus privatisé…

Comme lors de chacun de nos projets, nous sommes rejoints par des invités avec qui nous partageons les mêmes sensibilités artistiques et/ou humaines.

Découvrez nos collages ici > https://aspektnamur.net/tag/murmur/